Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ma Bulle ...

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Ton humble servante est toujours en mode " plongée en apnée " dans l'univers envoutant et glaçant des Fantômes Japonais  et aujourd'hui j'vais me faire un plaisir immense en évoquant  ...

 

Le Pitch : Un écrivain spécialisé dans les phénoménes paranormaux cherche à retrouver une maison dans laquelle il a briévement vécu étant enfant, maison qui aurait causé la perte de sa famille ...

Mais parfois il vaut mieux laisser certains souvenirs enfouis sous peine de faire ressurgir d'horribles choses ... 

GAFFE SPOILERS HANTES CI-DESSOUS !!!

Bien !!!

En intro j'vais te rappeller que Ju-on est un " phénoméne " ciné comme j'en ai rarement vu , une série de films/tvfilms/remake quasiment tous réalisés par le même gaillard aka Takashi Shimizu et qui ont tous le même coeur : une Maison hantée pas comme les autres ...

Je ne vais pas/peux pas m'étaler sur ce qui a été fait , cela me prendrait trop de temps et simplement focus sur cette série qui ô surprise n'est pas réalisée par le papa de la saga Ju-On mais par Sho Miyake , inconnu au bataillon ...

Ju-On Origins a été également scénarisée par deux pointures du cinéma de flippe à la Japonaise  aka Takashige Ichise ( producteur entre autre des films Ju On ou de Dark Water) et Hiroshi Takahashi             ( scénariste entre autre de Ring dis donc !! ) bref deux Messieurs qui connaissent le phénoméne " Film d'épouvante Nippon " sur le bout des doigts et crois moi quand je te dis que cela se sent dés le premier épisode ...

Parlons casting à présent  ...

Dans le rôle principal de l'écrivain menant son étrange enquête on a le sympathique Yoshiyoshi Arakawa sur lequel je ne m'attarderai pas , il est cool et fait le boulot en tant que relais entre tous les points/protagonistes qui vont onverger lentement mais sûrement vers lui mais son personnage ne m'a pas marquée/impactée ...

Par contre y'en a UNE dont le visage, la silhouette , le regard , le prénom vont me hanter longtemps , c'est elle ...

Elle , c'est la charmante Ririka qui prête son joli minois au personnage traumatisé et traumatisant de Kiyomi Kawai une des nombreuses victimes de la maison , elle est incroyable cette petite, son personnage est tragique du début à la fin des 6 épisodes de cette saison une et j'ai eu du mal à regarder son périple par moment tellement c'est glauque ...

Autre personnage que j'ai beaucoup apprécié , une femme encore une fois  ...

Masaki Chie , la médium de la série , interprétée de jolie maniére par Haruka Kobo , j'ai trouvé ce personnage trés intéressant et intrgiuant dans sa façon d'aborder le deuil et la mort et ses " scéances " m'ont poussée à me planquer sous la couette tellement l'ambiance est pesante lors de ces scénes ... 

Le reste du casting est à la hauteur également , je n'ai rien trouvé à leur reprocher et j'ai énormément apprécié l'investissement de chacun et chacune dans la série ...

Et je ne peux terminer d'évoquer le casting de Ju-On Origins sans parler de La Maison ou tout semble pouvoir se produire en matiére de cauchemar...

Elle est superbement mise en avant par le réalisateur et devient un personnage à part entiére dés les premiers épisodes..

Même à la lumiére d'un chaud soleil de printemps on sent peser une menace silencieuse et quiconque entre en ces lieux sera observé , jugé et condamné si ce qui l'habite le décide ... 

 

A l'instar des " yeux " de la maison d'Amityville , j'ai eu le sentiment pendant chaque épisode que cette partie bien spécifique de la maison hantée de Ju-On me " regardait "  ...

Et elle est LE fil rouge de Ju-On origins qui nous fait voyager dans le temps sans arrêt via de nombreux flashbacks quitte à parfois nous faire perdre un peu le fil de l'histoire, la Maison reste là tel un Phare hanté , elle est notre repére principal ...

Ju On origins a un format particulier, 6 épisodes de 30 minutes chacuns et j'ai adoré cela également car cela a permis au réalisateur de faire " infuser " la trouille ainsi que ce sentiment de malaise qui monte crescendo d'épisode en épisode en mélangeant habilement horreur du quotidien et phénoménes paranormaux ...

Mais LA force de Ju-On Origins réside dans le fait que la série tire la langue aux derniers films/remake ricains qui se centraient ad nauseam sur les bruits de gorge et autres cheveux longs au détriment de ce qui était au COEUR des premiers films Japonais à savoir l'Horreur la vraie celle qui ne ne réside pas dans les fantômes mais chez les vivants , ces hommes et femmes qui véhiculent autour d'eux leurs miasmes puant et glauques, leurs secrets lourds et honteux et leurs drames atroces ...

L'ambiance de Ju-On origins est vraiment lourde par moment et je pense en particulier à cette pauvre Kiyomi et à tout ce par quoi elle passe qu'elle soit ado ou jeune femme , certaines scénes sont purement écoeurantes et m'ont prise au bidou ...

Et enfin La question : est ce que Ju-On Origins fait peur ....?

Ma réponse sera la suivante : oui et oui .

Oui parce que les apparitions fugaces de certaines entités dont cette nana portant un baybay tout chelou sont selon moi glaçantes à souhait.

Oui parce que Ju-On origins arrache le fan de la série de films installé dans une certaine " torpeur " ( coassements de Kayako par ci , miaulements de Toshio par là ) à son confort en le confrontant à d'autres Horreurs, celles qui sont générées par les passions liées au sexe à l'amour ou à la haine ...

Alors oui à la fin du dernier épisode on reste sur sa faim clairement quant aux réponses à cette foultitude de questions qu'on est en droit de se poser MAIS je veux croire que les réponses arriveront et VITE ...

En conclusion : 

Ju-On origins est une VRAIE belle surprise à mes yeux .

En tant que fan invétérée des films , j'en attendais ENORMEMENT et je n'ai pas été déçue , chaque épisode m'a scotchée sur place ( sauf peut être le dernier un poil en deça des autres) et a rempli de joie et d'horreur mon ti coeur de fan de trucs cheloux made in Japan ...

Les six épisodes durant 30 minutes chacun , ça se regarde en deux/deux avec délice ...

A voir ABSOLUMENT !!! 

*" enfuis toi , échappe toi " en Japonais  

Voir les commentaires

Le rouleau compresseur World Of Warcraft commençant à perdre de sa puissance sur ma pomme , je m'évade de plus en plus souvent d'Altérac afin de voyager sans me déplacer au Pays des Ju Rei et autres Yokai via les films d'épouvante que j'ai la chance de trouver ici et là ...

Au risque d'agacer celles et ceux qui sont réfractaires au cinéma d'épouvante Nippon , je vais donc encore évoquer ici une pelloche made in Japan qui m'a clairement séduite ...

Ami/ie de la couture aujourd'hui c'est  ...

 

Le Pitch : A la fin des années 70 à Gifu au Japon ...

Le quotidien de 3 soeurs heureuses et épanouies va être bouleversé quand un ex petit ami rendu fou par la jalousie décide de se venger de l'une d'elle de la plus horrible des maniéres ...

GAFFE SPOILERS DECHIRES CI-DESSOUS !!!

BIEN !!!

Si tu passes par ici de temps en temps alors tu as peut être lu mon avis sur le film Kuchisake Onna premier du nom que j'ai beaucoup aimé de part la thématique centrale servant de fil rouge à cette pelloche horrifique à savoir le lien mére/fille ...

Et ô Joie ce matin mon chemin a croisé celui de Kuchisake Onna 2 qui tout en montrant les premiers pas de la légende urbaine de la femme à la bouche fendue , fait la part belle à une autre thématique chére à mon coeur à savoir les liens unissant trois soeurs ...

J'vais pas revenir sur le mythe/la légende de la femme à la bouche déchirée , j'en parle déja dans mon " article" sur le premier film et je vais attaquer direct par le casting de KO2 ..

A la réalisation on a Kotaro Terauchi , totalement inconnu de ma pomme donc hop hop hop on passe et on évoque plutôt les trois actrices qui sont au coeur de ce second opus !!!

Laisse moi donc te présenter les délicieuses et trés douées :

Yukie Kawamura aka Sachiko ici avec Rin Asuka aka Mayumi ( avec le masque) ...

Mayuko Awasa aka Yukie toujours avec Mayumi  ...

Ces trois là portent le film sur leurs frêles épaules en particulier Rin Asuka que j'ai trouvée vraiment touchante et émouvante dans le rôle de cette pauvre Mayumi malmenée par la vie et qui voit son quotidien heureux , dans une famille aisée et chaleureuse , entourée d'amies aimantes avec un love interest pas dégueu , basculer en pur cauchemar quand un ex désaxé de sa soeur ainée débarque une nuit chez les Sawada, asperge le visage de Mayumi d'acide avant de tuer sa mére ...

Un VERITABLE enfer  ...

Tandis qu'elle cache honteusement l'horrible cicatrice qui déchire désormais son joli minois elle est rejetée moquée et crainte par ses camarades d'école , abandonnée par ses amies et par son papa qui se suicide , repoussée par celui qu'elle aime ...

Mayumi bascule peu à peu dans la folie, aidée en cela par des visions d'une étrange silhouette féminine qui semble la guetter au loin et ce malgrés l'aide et l'amour que lui porte ses deux soeurs ainées ...

Et d'ailleurs à ce sujet , la soeur ainée que je suis a énormément apprécié la façon dont Terauchi esquisse les liens certes pudiques ( nous commes au Japon ) mais trés forts qui unissent les 3 soeurs Sawada et ce jusqu'à un final terrible provoqué par l'alcool les passions et la folie ... 

Kuchisake Onna deux n'a RIEN à voir avec le premier ne serait ce que par le cadre , le premier film se déroulait dans une ville dortoir terne et grise et la caméra nous emmenait des dans des rues tristes et déprimantes, ici on visite une jolie maison chaleureuse et confortable et une chtite ville de province ma foi pas dégueu , ou par l'époque , KO 1 se déroulant plus ou moins à notre époque alors que KO2 prend place dans les 70's et se pose en quelque sort en préquel ...

Le film pourrait sembler lent dans sa premiére partie mais le réalisateur prend le temps de poser son histoire, les lieux et surtout les personnages , il réussi sans trop en faire à rendre rapidement les protagonistes de KO2 trés attachants et je pense encore une fois à la pauvre Mayumi qui prend VRAIMENT cher ...

Et puis les événements s'enchainent et la pression/tension montent tandis qu'on assiste au déchiquement d'une cellule familiale qui est littérallement découpée en mille morceaux comme à coup de ciseaux  ...

La réalisation de Kotaro Terauchi est implacable et ne laisse aucune chance à Mayumi et donc à nous , d'échapper a cette lente descente aux enfer , réalisation sobre et maitrisée de bout en bout avec une " gestion " de la tension vraiment réussie ...

Et chose appréciable , Terauchi ne fait pas dans l'horreur /gros rouge qui tâche/jumpscare à la con, il y a certes des jolis coups de ciseaux bien placés et du sang ici et là mais pas au point de rendre le film et son histoire ridicules ...

Les décors sont trés cools et sont bien exploités et la fan de mangas/animés que je suis a beaucoup aimé revisiter ces lieux communs mais tellement sympas tel qu'un batiment scolaire à la Japonaise , une maison traditionnelle , un point de vue sur une petite ville Nippone ... 

Les ziks sont cools , elles collent bien à l'ambiance et ne nuisent jamais à l'histoire ...

Les effets spéciaux sont plutôt réussis ...

Assister à la naissance de la Terrible Kuchisake Onna a été un réel plaisir...

 

En conclusion :

Si j'ai beaucoup aimé KO1, j'ai vraiment adoré ce second opus qui nous montre la naissance/genése de la terrible Kuchisake Onna et j'ai adoré la fin quand , tandis que le générique s'égréne on entend des voix en off parler de cette légende urbaine et la parer d'atouts ce qui va lui donner plus de " corps "  ...

KO2 est vraiment un chtit film intéressant visuellement et scénaritistiquement qui m'a complétement charmée ...

A voir en sirotant un thé ... 

Voir les commentaires

Elle arrive ENFIN !!

A partir du  3 juillet les enfants !!!! 

Voir les commentaires

Je poursuis ma plongée en apnée au pays des films de fantômes aux cheveux longs et noirs  ...

Je suis en train d'étoffer ma collection avec de vieux classiques tels que Kwaidan ou contes de la lune vague après la pluie que j'ai vus il y a tréééés longtemps et que je suis curieuse de redécouvrir mais d'ici là , je traque assidûment LE petit bijou méconnu qui va me coller des étoiles plein les yeux et ô joie, cette semaine j'ai réussi à mettre la main sur une des premiéres incursions dans le monde de l'épouvante d'un de mes réalisateurs japonais favoris aka Hideo Nakata  ...

 

( Impossible de trouver une bande annonce , désolée !!) 

Le Pitch : Murai et son équipe réalisent un film ayant lieu pendant la seconde guerre mondiale dans de vieux studios de cinéma à l'ambiance pesante , alors que le tournage se déroule bien , les premiers rushs montrent d'étranges images se superposant aux scènes récemment tournées, intrigué par une silhouette effrayante apparaissant ici et là ,  Murai décide de mener son enquête ...

GAFFE SPOILERS FANTOMATIQUES CI-DESSOUS !!

Hideo Nakata   est à mes yeux un petit génie du film de l'épouvante car au delà de la " bête " histoire de fantômes, il réussi quasiment toujours à capter un drame humain qui donne un sens et une force émotionnelle à ses films , le deuil impossible dans the complex , un divorce difficile dans ring et ici , un souvenir d'enfance enterré dans la mémoire d'un réalisateur ...

Et même si cette première danse macabre est fauchée et donc marquée par un côté cheap / 90's , elle est à voir et ce pour plusieurs raisons ...

Raison numéro une , le casting  !!

Je ne vais point m'étaler longuement sur le sujet ( beaucoup de monde à l'écran + flemme ) mais simplement évoquer la jolie Yasuyo Shirashima et la chtite Kei Ishibashi qui prêtent respectivement leurs traits aux deux actrices dirigées par Murai , Hitomi et Saori ..

 

J'ai beaucoup apprécié leurs prestations surtout quand Kei Ishibashi fait une chute légèrement mortelle ...

Sinon j'ai aussi beaucoup BEAUCOUP aimé Yurei Yanagi qui joue le rôle de Toshio Murai le réalisateur au cœur du film avec son éternelle clope au bec et son air un peu " ahuri " ... 

j'ai adoré sa bonhomie et son entêtement à vouloir découvrir une vérité qu'il porte en lui quitte à en perdre la tête voire même plus ...

L'autre raison qui m'a fait adorer ce film c'est son " ambiance " surtout celle qui se dégage des décors du tournage , la photographie et la façon dont Nakata fait voyager sa caméra et donc nous à travers ces lieux riches en histoire et hantés par des fantômes  d'un autre temps , d'un autre film donnent corps à cette ambiance étrange ...

Autant les décors du quotidien , de la "réalité " , sont tristement ternes et gris et froids autant ceux du film dans le film sont chauds et lumineux et donnent envie d'y rester , c'est peut être pour cela d'ailleurs que des fantômes continuent à y danser et à terrifier celles et ceux qui perçoivent leur présence ...

J'ai d'ailleurs aussi énormément apprécié cette mise abîme du film dans le film , c'est une idée super intéressante et riche de possibilités narratifs et très bien exploitée par un Nakata pourtant " débutant "qui a su cependant s'entourer de personnes capables de le suivre dans son cheminement afin de donner corps à ce film envoûtant porté par cette ambiance si particulière .

D'aucuns critiqueront le rythme lent de Joyû rei mais pour ma part cela n'a pas posé de soucis car je suis immédiatement " entrée " dans l'histoire et j'avoue aussi ne pas avoir de recul quant à Nakata que j'adore donc autant pour l'objectivité ;)

La raison majeure qui m'a poussée à voir Joyû-Rei c'est parce que j'avais lu que ce film contenait les " bases " du futur petit bijou de Nakata aka Ring et en effet presque tout y est : le rythme parfois contemplatif ,  l'introduction du Fantôme dans un moyen de communication ici une pellicule de film , l'apparition d'une silhouette étrange et effrayante aux longs cheveux noirs et à la robe blanche qui ne surgit certes pas de manière traumatisante d'un écran de tivi mais qui a ce je ne sais quoi de fugace et de tellement Japonais qui te fait dire que houlalalalalaaaaa c'est pas une femme normale là bas au fond de l'image ...

Et la fan de Nakata que je suis n'a pas été déçue à ce niveau là , je suis ressortie du visionnage de ce film charmée et ravie ...

Et quid de La Peur me demanderas tu ? 

Ben elle est présente sans avoir besoin de basculer dans les jumpscare putassiers pour faire monter la pression , l'apparition fugace  d'un visage grimaçant un horrible sourire comme ces silhouettes que l'on pense entrevoir du coin de l’œil parfois , des sons inquiétants , la posture des hommes et femmes que l''ont voit à l'écran et qui se figent en nous fixant tandis que le regard du spectateur cherche ou Elle est ...

Tout est dans le fugace et ça fonctionne incroyablement bien ... 

Et puis comme souvent avec Nakata ce qui importe ici ne sont pas tant les défunts que les vivants et leurs secrets/vécu ... 

Le seul défaut que je pourrais citer c'est la zik à base de synthés crispants pas du tout en adéquation avec ce qui se passe à l'écran qui m'a même légèrement arrachée à mon immersion dans le film ce qui est rageant ...

BREF ...

En conclusion :

Sans être un film majeur dans la filmographie dense et variée d'Hidéo Nakata , Joyû-Rei est quand même une oeuvre à voir pour toute personne ayant adoré Ring ou ayant de la curiosité pour l'univers dense et passionnant des Fantomes dépenaillés Japonais ... 

J'ai adoré  ....

 

Voir les commentaires

Je poursuis ma ( re) découverte du cinéma d'épouvante nippon et la route est longue et sinueuse crois moi ...

S'il y a UNE chose que je retiens de mon périple c'est que les Japonais ont une imagination débordante quand il s'agit de faire "peur " avec des objets aussi anodins qu'une VHS , un  téléphone portable ou ici  ...

Un casier de consigne  :-|

Si si  :-|

Et une fois n'est pas coutume , je vais évoquer un film et sa suite directe ...

En route donc pour Shibuyaaaaaa !!!

 

 

Le Pitch : Quelque part dans les tréfonds de Shibuya se trouvent des casiers à consigne , l'un d'entre eux génére d'étranges rumeurs, selon certaines si l'on dépose une offrande dans ce casier, les rêves d'amour se réalisent, d'autres parlent au contraire d'une malédiction terrible ...

GAFFE SPOILERS A CONSIGNES CI-DESSOUS !!!

BIEN !

Les Japonais sont friands des rumeurs/légendes urbaines et il faut bien avouer qu'entre la femme à la bouche fendue , la petite nana planquée dans les chiottes de certains colléges , la forêt hantée d'Aokigahara , Gozu l'humanoide à tête de vache ( si si)  ....

Y'a de quoi faire là bas  *_*

J'ai toujours été fascinée par ces histoires parfois folles qui circulent au pays du soleil levant alors quand je suis tombée sur deux films mixant fantôme aux cheveux long et légende urbaine , je me suis jetée dessus  !!! 

Et comme quaisment à chaque fois que je passe par ici parler briévement d'un truc que j'ai vu et aimé je vais attaquer par le casting  !!!! 

Shibuya Kaidan 1 et 2 ont le même réalisateur Kei Horie ( qu'on croise également dans le rôle d'une des victimes dans Ju On 2) , les deux films ont quasiment les mêmes acteurs/trices dont la trés jolie Asami Mizukawa dans le rôle de Reika le seul personnage réellement intéressant des deux films ...

A noter aussi la craquante Maki Horikita qui prête ses traits à la fragile mais courageuse Ayano , éléve de Reika qui lui donne des cours du soir  , son personnage est un peu agaçant car de type " neurasthénique/mou du genou" mais elle a une chtite bouille trop meugnonne donc on lui pardonne TOUT à cette petite , même sa sempiternelle tristesse !!!

Les autres pesonnages sont anecdotiques voire crispants sauf peut être celui qui joue le Didier Raoult nippon qu'on peut admirer surtout dans le second opus et qui joue comme un pied et donc est trés TRES rigolo !!!

( au fond chemise rose longs cheveux , hilarant !! ) 

Tout ce petit monde est relativement mauvais à l'écran faut bien l'dire, ça sent un chouia l'amateurisme par moment et il faut ajouter qu'ils/elles ne sont pas aidés aussi niveau dialogue parce que dans le genre useless et redondants , j'ai rarement entendu des échanges aussi soporifiques et mal ficelés ...

Les décors urbains sont super bien utilisés , ils sont HIDEUX portés par une photographie citadine déprimante à souhait qui suinte le gris et le béton de partout MAIS tout cela est d'autant plus cool à mes yeux car cela donne corps à l'utérus qui a engendré cette fameuse légende au coeur de l'histoire du film , légende urbaine qui voyage et se répand a travers les blablas/textos/réseaux sociaux ce qui lui permet de toucher de plus en plus de victimes en devenir  , béton et internet , tout cela est trés moderne et j'ADORE !!!!

Et venons en donc à cette fameuse légende ...

Y'a qu'au Japon que quelqu'un pouvait imaginer qu'une nana accouche et va cacher son bébé agonisant dans le dit casier qui va devenir hanté par l'esprit colérique du dit baybay capable de changer de taille et de se vieillir de quelques années pour ensuite aller pourrir la vie de quidams qui ne lui ont RIEN fait ? :-|

BREF une fois qu'on a compris et accepté cet état de chose , on peut tenter de croire en ce fantome qui a d'abord la forme d'un embryon glapissant se trainant dans un sac de toile avant de devenir peu à peu une ADORABLE mais vraiment trop kawai petite fifille fantôme cachée derrbiére de longs cheveux telle une Sadako junior et qui répond au prénom de Sat- Chan ...

  

Et la petite demoiselle fait disparaitre ses visiteurs dans des cabines d'essayage ou des voitures ou des cabines d'ascenceur ...

C'est souvent plus amusant qu'autre chose, les films n'ayant pas beaucoup de moyen mais niardidiou qu'elle est MIGNONNE cette petiote  !!!!  

Je viens d'évoquer les points positifs de ces deux films, maintenant je me dois de souligner les aspects pas glop et y'en a un paquet ...

On va commencer par le fait que les deux films souffrent d'un énorme probléme de rythme , certaines scénes sont beaucoup BEAUCOUP trop longues et useless , les têtes à tête entre les victimes en devenir dans un triste troquet sont d'un ennui pas possible sans parler des échanges soporifiques entre Reika et Ayano ...

Les personnages étant à peine ou trés mal esquissés/interprétés, j'ai peiné à ressentir une n 

Ensuite  !!

Kei Horie a un " toc " ...

Il ADORE faire se balader sa caméra de gauche à droite puis de droite à gauche et ce trés trés lentement , au début c'est rigolo puis ça devient lassant et à la fin ben tu chantonnes " et de gauche a droite d'avant en arriééééééééére " histoire de ne pas t'endormir ...

Quoi d'autre ...

Ha vuip la musique  !!

Elle est INSUPPORTABLE !!!

Ce sont les mêmes morceaux qui tournent en boucle , au début c'est certes sympa mais à la fin du second film j'en pouvais PLUS de ces quelques notes tonitruantes qui accompagnent les moments angoissants des films ...

Et enfin a aucun moment tu n'auras peur , même moi qui suis un public trés ( trop ) facile je n'ai pas sursauté c'est dire , c'est sans doute lié au fait qu'une énorme impression de déja vu se dégage sans arrêt de Shibuya Kaidan 1 et 2 si l'on a une certaine " culture de films de yurei "  ...

BREF !!

En conclusion :

Sans être LES films de fantômes nippons du siécle, Shibuya Kaidan 1 et 2 méritent d'être vus ne serait ce que pour ce côté fascinant de la légende urbaine qui passe et repasse et enfle et prend des formes diverses et variées tout en se répandant à l'instar de la cassette vidéo de Ring ou des malheureux entrant dans la demeure de Kayako dans Ju On ...

Et puis la chtiote Sat-Chan est réellement TROP BELLOTTE *_* 

A voir à l'occasion !!!

Voir les commentaires

 

Et bon viquende !!!

Voir les commentaires

Savais tu qu'au Japon ( biiiiiiiiiien avant cette saloperie de covid ) on porte systématiquement le masque dés qu'on a une niflette , une toux etc etc et ce parce que les Japonais sont respectueux , propres et prennent des précautions vis à vis d'autrui qui nous échappent totalement , bourrins crades que nous sommes ...

Et donc il est d'usage au pays du soleil levant de croiser un businesseman ou une lycéenne ou une femme au foyer partie faire ses courses, le visage caché derriére un masque ...

Et comme souvent/toujours au Japon une légende est née de ce fameux masque et le film dont je vais te parler aujourd'hui est basé sur cette légende ... 

 

Le pitch : Quelque part au Japon , les enfants parlent à voix basse de la terrifiante Kuchisake Onna qui serait apparue dans leur quartier , les adultes sourient quant à cette légende urbaine jusqu'à ce que des mômes disparaissent, poussant un prof a enquêter quitte à être confronté à l'horreur  ...  

GAFFE SPOILERS MASQUES CI -DESSOUS !!

BIEN !!!

Je poursuis avidemment ma ( re) découverte du cinéma d'épouvante/d'horreur Japonais avec cette fois non pas une Kayako ou une Sadako mais la belle Kuchisake Onna aka la femme à la bouche déchirée/fendue ...

Présentation succincte de la donzelle  ...

On dit que certaines nuits ou parfois même de jour si le temps est à la pluie ou au brouillard, on peut croiser sur sa route une belle jeune femme aux longs cheveux dont le bas du visage est protégé par un masque chirurgical  ...

Elle va t'arrêter et d'une voix douce , te demander si tu trouves qu'elle est jolie ...

Si tu lui réponds que oui , alors elle ôte son masque d'un geste rageur en te demandant si tu la trouves toujours aussi belle , si malgré le choc tu réponds : " oui tu es jolie même avec cette horrible blessure ", elle te dira qu'elle va te faire la même puisque c'est si joli , réponds non et elle te mutilera afin que tu comprennes ce qu'elle a subi , quoi qu'il arrive c'est la mort qui te tend les bras  ...

Plusieurs versions des réactions de Kuchisake Onna existent je te laisser chercher toi même sur le net si tu es curieux ... 

L'origine de cette légende remonterait à l'époque des samourai, l'épouse de l'un d'entre eux, vaniteuse car trés belle passait son temps à courir aprés d'autres hommes, son époux, furieux en apprennant cela lui mutila le visage d'une oreille à l'autre avant de la zigouiller ....

Kuchisake Onna fait partie de ces célébres légendes urbaines japonaises qui font frissonner les jeunes mômes à l'instar d'Hanako San par exemple ...

Voilà !!

Maintenant que les présentations sont faites parlons de la pelloche de Koji Shiraishi, déja connu entre autre pour des films comme " Ju on la malédiction " le trés moyen " Gurotesku " ou encore les amusants " Teketeke " 1 et 2 , mon film favori du gaillard étant le génialissme "Noroi" ...  

On va commencer par LE point le plus FORT de la pelloche c'est à dire elle  ...

 

Elle c'est Miki Mizuno et je la trouve juste PARFAITE  , elle est à la fois belle et terrifiante , implacable et cruelle , c'est un pur plaisir de la voir surgir et fixer l'Autre de son regard glacial , elle est GENIALE du début à la fin du film , surtout quand elle brandi ses ciseaux *_* 

Malheureusement , face à elle le reste du casting m'a semblé bien pâle, fallot et fade , aucun protagoniste ne réussi à s'imposer ou à lui voler la vedette ...

Qui plus est Slith Mouthed Woman s'éloigne clairement de la légende d'origine et le film tient malheureusement plus du slasher que du film d'épouvante avc cette donzelle au visage fendu qui s'acharne à kidnapper , torturer voire tuer des mômes afin d'assouvir le ressentiment qu'elle a à l'égard des méres de ces enfants ...

Et puisqu'on parle des méres , tu te douteras que cette thématique qui est abordée ici avec la délicatesse d'un CM Punk m'a quelque peu séduite bien que cela soit fait de façon grossiére voire maladroite ( une maman bat sa fille avant de la protéger de son corps quand le sol se met à trembler, dénonciation évidente de la violence sur enfants avec en filigrane cette incapacité à DIRE les choses/émotions à l'Autre au Japon  ...) .

Kuchisake Onna évoque ce lien mére/fille qui est au coeur de moults de mes questionnements persos et alors que je m'attendais à un truc " classique " voire mélo et j'ai donc été trés étonnée de voir que Shiraishi n'hésite pas à montrer des méres violentes et maltraitantes vis à vis de leurs mômes à 1000 lieues donc de la sainte Caroline Ingalls  ...

BREF revenons en au film ...

Je disais plus haut que la pelloche de Shiraishi s'éloigne beaucoup de la légende et j'ai grimacé au début en voyant que l'histoire se déroulait de jour et non pas de nuit MAIS le fait est que le combo lumiére/photographie dans lequel baigne le film est trés cool et les rues/parcs déserts donnent corps à une ambiance pas trop dégueu visuellement  ...

Une chose que j'ai également beaucoup aimée c'est l'introduction du film qui montre comment la légende circule de gosse en gosse, de quartier en quartier et comment , peut être , le fait de circuler lui donner de la force voire raméne à la vie la créature qui est au centre de l'histoire ( un peu comme le Candyman ou Freddy qui ont besoin qu'on parle d'eux ...) ... 

La maison au toit rouge , le drame qui s'y est déroulé montrent qu'il y a toujours un petit fond de vérité même infime dans une légende urbaine  ...

Et quand je te parlais du port du masque chirurgical plus haut au Japon en cas de maladie ou de pic de pollution, tu te doutes bien que cet accessoire peut permettre à la légende de circuler plus aisément ...

Que dire de plus  ....

Que les apparitions de la Kuchisake Onna sont ma foi trés nombreuses et toujours plaisantes...

Que le rythme pourra sembler long si on n'est pas intéressé par ce personnage so Japonais...

Que Shiraishi n'hésite pas à montrer des trucs pas glop à l'écran ( un môme défiguré ) ...

Que la zikmu n'est ni désagréable ni envahissante  ...

Et que la peur est complérement absente  :-|

En conclusion  :  

Sans être un trés bon film , Kuchisake Onna n'en demeure pas moins un voyage intéressant à la rencontre de cette dame à la bouche fendue en deux et au regard fixe si troublant , elle est vraiment MAGNIFIQUE de bout en bout , j'avoue même avoir lâché le scénar franchement creux à un moment pour simplement la chercher du regard , guetter ses apparitions etc et  

Thriller horrifique qui malheureusement ne fait absolument pas peur ...

A voir par curiosité  ...

Viens faire un bisou !!!

 

Voir les commentaires

Et HOP !!! 

 

Voir les commentaires

Si tu passes par ici deci delà alors tu sais peut être que je suis une MORDUE des films de type " found footage " c'est à dire " caméra à l'épaule" .

J'ADORE ce format ciné qui comporte certaines perles devenues cultes ( Blair Witch , paranormal Activity  ... ) mais a aussi son lot de bouses infâmes et le found footage dont je vais te parler est , et de loin , un des pires voire LE pire foud footage que j'ai jamais vu de ma VIE ...  

 

Le pitch : Adam aime sa blonde de Jill qu'il filme sous toutes les coutures et ce même lors des moments les plus intimes de leur relation ..

Le couple décide de visiter un hopital désaffecté en vue de l'utiliser pour une future exposition des oeuvres de Jill et de faire des galipetttes aussi tant qu'à faire ...

Malheureusement la visite va vite se transformer en un ennuyeux cauchemard ...

GAFFE ! SPOILERS SOPORIFIQUES CI-DESSOUS !!!

Parlons peu , parlons bien : cet " article " va être bref  :-|

j'vais pas te dire : " je n'aime pas ce film " non non je vais juste dire que Sx Tape c'est de la MERDE et c'est MARRE .

Je peux comprendre que BERNARD "fucking candyman !!! " ROSE ait voulu se démarquer des autres pelloches de genre en ajoutant une pincée de cul dans son FF mais OMG que c'est mal ficelé , amené , mal introduit si j'ose ...

On va déja commencer par LE défaut MAJEUR selon moi à savoir le personnage principal , l'insupportable poufiasse Jill..

Comment te décrire cette ABOMINABLE caricature de donzelle qui a la Garonne en crue ( vrais savent) incarnée par Caitlyn Folley ( inconnue au bataillon ) ...

Elle  passe son temps à faire des mimiques boudeuses et à jouer les chaudasses en gloussant , espérant sans doute affoler le Mâle Lambda qui aurait eu le malheur de poser les yeux sur le film mais jamais, JAMAIS , elle n'est SEXY ...

Vulgaire et crispante ouais, excitante nan ...

Et quelle nana normalement constituée irait se faire sauter dans un hopital désaffecté sur un lit crasseux BORDEL ? :-|

Aprés étant moi même une femme , forcément mon regard sur Jill , son attitude, sa façon d'être toussa ne peut pas être positif , non pas que je sois une sainte nitouche irl hein mais bordel je la trouve horripilante avec ses maniéres et son hystérie absolument pas flamboyante ...

Pis j'suis un chouia maniaque donc faire des galipettes dans un endroit pareil :-| 

BREF !!!!  

Ajoute à cela qu'elle est filmée/suivie en permanence par le fallot Adam qu'on n'entrevoit quasiment pas et qui passe son temps à répéter " Je t'aimeuh Jilleuh " entre deux coups de rein/flippe tout en se comportant d'une façon totalement incohérente du début à la fin de ,la pelloche ....

Sans oublier les deux abrutis de potes de la blondasse qui viennent s'inscruster plus tard dans une histoire déja inintéressante pour alourdir encore plus le " rythme " de SxTape ...

Ils/elles ne sont jamais intéressants ni drôles ni amusants , ils sont simplement CONS et énervants et aussi trés incohérents comme par exemple quand ils décident toutes et tous de retourner dans les bâtiments désaffectés que Jill et Adam viennent de fuir aprés que la donzelle qui a la rosée qui perle ( vrais savent bis *_* ) se soit mise à pisser le sang par le pif   .

Les suivre dans leurs pérégrinations est un véritable SUPPLICE et je comprends totalement que cette merde se soit vue refuser une sortie en salle  ....

Les dialogues sont d'une rare vacuité et n'apportent jamais RIEN à l'histoire ...

Les décors sont convenus , archi déja vus ( Grave Encounters ) et surtout malheureusement trés mal exploités par un Bernard Rose qui préfére que la caméra s'agite dans tous les sens et là tu vas me dire que la shaky cam c'est typique du FF mais si Rose avait simplement arraché sa caméra de Jill , il aurait pu donner leur chance aux décors  ...

Mais non ..

Et du coup ces tristes décors ne parviennent jamais à générer un semblant " d'ambiance " ...

Quant à la peur sensée te prendre aux tripes tu peux l'oublier , Bernard Rose balance ici et là des pseudos jumpscare tous plus foireux les uns que les autres en se basant sur un scénario insipide et tellement, TELLEMENT prévisible que ça en devient gênant ...

Bernard sérieusement  ...

Qu'est ce qui s'est passé ???

Tu avais des factures à payer ???

Comment le mec qui a donné vie au magnifique Candyman a pu pondre un truc aussi gênant que SxTape?

Ce " film " pue la commande de studio opportuniste et désireuse de faire un peu de fric en balançant un zeste de cul entre deux jumpscare à la con  ...

Je voulais le voir parce qu'étant accro au FF j'en avais entendu parler de ce SxTape et j'étais intriguée par la vague de haine que ce film avait suscité à sa sortie sur le net , je comprends mieux désormais  .... 

Un grand GG à l'homme des bois qui a supporté stoïquement cette épreuve ...

BREF :-|

En conclusion ...

Si toi qui me lis , tu as envie de perdre 1h26 de ta vie ...

Si tu as envie de découvrir le véritable sens du mot ENNUI ...

Si tu as envie de souffrir le MARTYR ...

Alors regarde SxTape :-|

Voir les commentaires

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>
Haut

Ma Bulle ...

36 15 my life version " voila ce qui me fait trembler , rire , rêver , planer .." . Films, mangas, jeux videos , bouquins , zik ...

Hébergé par Overblog