Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ma Bulle ...

Ma Bulle ...

36 15 my life version " voila ce qui me fait trembler , rire , rêver , planer .." . Films, mangas, jeux videos , bouquins , zik ...

Publié le par Gally

Et si on ( re) parlait de Fantômes Japonais ??

Il y a quelques temps je t'avais parlé de la super surprise qu'avait été pour moi le film " The Complex " d'Hideo " Ring " Nakata ... 

Suite à ce petit plaisir ciné je me suis relancée à la recherche de pelloches dans le même style et ô joie à force de farfouiller ici et là , j'ai réussi à trouver un duo de moyen métrages made in Japan qui m'a collé des étoiles plein les noeils ainsi que quelques petits frissons ...

 

Le Pitch : Ju on Shiroi Rojo /Kuroi Rojo ou comment le cinéma Japonais aime à nous perdre dans le quotidien d'hommes et de femmes dont le destin bascule affreusement parce qu'ils ont croisé de prés ou de loin l'ombre de Fantômes emplis de rage et de colére ...

GAFFE SPOILERS AUX CHEVEUX LONGS CI-DESSOUS !!

BIEN !!

Même si tu vis au fond d'une grotte en ermite tu as forcément entendu parler des Yurei et autres Kwaidan , ces entités venues du pays du soleil levant qui ont littéralement fracassé nos écrans quand la délicieuse Sadako a fait son apparition ...

Aprés elle , on a assisté ahuris et ravis à un TSUNAMI de pelloches venues d'Asie surfant sur la mode du Fantôme féminin dépenaillé et échevelé vêtu de blanc ...

Bien qu'étant fascinée par tout ce qui touche aux monde des esprits du Japon je suis vite arrivée à saturation ...

Mais récemment la découverte du magnifique " The Complex " de Nakata m'a redonné envie d'aller voir un peu ce qui s'était fait depuis que j'avais lâché l'affaire et à ma grande joie je me suis rendue compte qu'alors que je pensais avoir vu tous les épisodes de  ZE Saga Ju On , je n'avais pas vu Shiroi/Kuroi Rojo sorti en 2009 pour célébrer les 10 ans de Ju On !!!!!!!!!!!!!!!

Shiroi Rojo/Kuroi Rojo cékoidonc  ...

Ben ce sont deux moyens métrages d'une heure chacun réalisés par Ryuta Miyake et Mari Asato avec à l'écriture l'indispensable pôpa de cette série de films aka Takashi Shimizu himself les enfants !!! 

On peut voir ces deux moments de flippe ou n'en voir qu'un peu importe puisque chacun se suffit à lui même ...

A noter la courte durée de chacun de ces hommages à Ju On : 60 minutes seulement . 

Les réalisateurs Ryuta Amake et Mari Asato  suivent " sagement "  sans jamais trop sortir des lignes les " règles " de Ju On à savoir un " voyage " dans des extraits de vie d'hommes, de femmes ou d'enfants qui semblent ne rien avoir en commun et ce à travers un écheveau temporel qui peut sembler confus mais qui a /prend TOUJOURS un sens au final  .... 

Et en prime encore et toujours ces apparitions certes parfois prévisibles mais tellement efficaces de ces entités terrifiantes et grotesques et empreintes d'un folklore dont la magie et l'essence nous échappe et ce même si l'on a le cœur empli de Japon ...

Présenter les nombreux protagonistes de ces deux minis films est quasiment impossible, trop, trop de monde défile à l'écran donc je ne vais pas m’atteler à cette tâche qui me prendrait TROP de temps ( et de patience :-|) , j'vais juste dire qu'à mes yeux ( objectivité ZÉRO donc ) , elles/ils sont tous parfaits , même la vieille mémé fantôme avec son ballon de basket , rigolote car involontairement ridicule lors de certaines apparitions mais aussi un poil glauque par moment  !!

Elle a clairement plus de puissance et de " facteur creepy " que son alter ego , le Kuroi Rojo du second métrage , une jumelle morte maléfique qu'on n'entrevoit que difficilement deci delà , ceci dit, le Black Ghost peut lui aussi avoir un sacré impact ne serait ce que par la fixité de son regard ....

Les codes narratifs des premiers films de la Saga Ju on sont pleinement conservés ainsi que certains " détails " qui ont fait la réputation de ces pelloches comme par exemple  ce délicieux son mis à la mode par Kayako , tu sais ce Haaaaaaaaaaa étrange et guttural qui file la chair de poule ??

Ben on y a droit aussi ici *______*

Ha et un ti caméo de Toshio ça te dit ?? 

Ne lâche pas l'écran des yeux et tu l'apercevras  !!!

Par contre ne t'attends pas à retrouver la grâcile et souple Kayako , elle n’apparaît pas et se " contente " de laisser sa malédiction lui donner de "nouveaux enfants " ...

Les fanboyzs seront donc satisfaits , Toshio les sons cheloux et PLEIN de cheveux longs  !!!

Ce qui fait ( une fois de plus ) la force de ces deux moyens métrage c'est la fameuse formule " Ju on " mise en place par le papa de cette sage culte aka Takashi Shimizu , à savoir que le film nous emmène via de courtes saynètes dans le quotidien d'hommes , femmes et enfants qui vont être " contaminés " par cette terrible malédiction qui va les amener vers une mort effrayante et inéluctable et ce même si une jolie médium tente d'arrêter cette " contagion"  ...

Cette recette de fils qu'il faut dénouer/renouer pour enfin comprendre ne plaira pas à tout le monde car il faut suivre , ça peut sembler confus voire bordélique par moment et il faut focus pour ne rien rater ...

Moi je trouve cette façon de narrer une histoire toujours aussi efficace et agréable d'autant plus que même si les réalisateurs n'avaient pas beaucoup de moyen , ils ont été tous les deux chapeautés par Takashi Shimizu himself ( au scénar ) et ils ont surtout pu ajouter leur " touche " perso avec par exemple l'usage de beaucoup BEAUCOUP plus de sang que dans les opus précédents par exemple  ...

 Et des moments étranges et barrés comme cet "exorcicme " en milieu hospitalier porté par des effets spéciaux du plus bel effet ...

A noter également un aspect bien glauque quand l'un des films aborde d'une façon très crue les dysfonctionnements au sein d'une famille , un père tyrannique qui se moque et humilie ses enfants , sa seconde épouse victime des moqueries de sa belle fille et une fillette abusée par un membre de cette horrible famille , la peinture de cette " famille " est esquissée de manière simple mais efficace et ça colle plus les miquettes que les fantômes quand j'y pense ...

Si on me demande lequel des deux pelloches formant ce diptyque j'ai préféré ce sera le Shiroi Rojo car le Kuroi a un rythme un poil trop mou ( même si il ne dure que 60 minutes!) et son histoire de jumelle fantôme ne m'a pas vraiment impactée comparée à la vieille mémé avec son ballon de basket qui ROXXE !!!!!!!!!!

Ha et ne t'attends quand même pas à hurler de peur, j'admets qu'étant un public très facile j'ai eu la trouille 2/3 fois mais pas autant que je l’espérais ....

Mais bon j'veux pas jouer la bégueule et cracher dans la soupe en critiquant , j'ai vraiment VRAIMENT beaucoup aimé regarder ces deux ajouts à la saga Ju On *_*

En conclusion :

Si comme moi tu as des frissons dés que tu entends le délicat chant de Kayako alors tu seras sensible au charme de ces deux pelloches vraiment cools à regarder.

L'immersion totale dans des vies que l'on sait sur le point de s'achever de terrible manière est plaisante , portée par la présence évanescente de  Ju Rei et autres Onryo , cheveux longs , visages blafards , tout y est !!

Il manque juste une petite dose de trouille supplémentaire et ça aurait été PARFAIT !

A voir !!!

 

Kayako for ever *_____*

Voir les commentaires

Publié le par Gally

Gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii *_____*

(Caladan  .... Voyager sans se déplacer ... )

Voir les commentaires

Publié le par Gally

Comme je le dis et le répéte souvent par ici depuis un bon moment à présent , ma plongée en apnée dans World Of Warcraft fait que je me coupe de tout et donc des tas d'infos/news me passent sous le nez et ce dans tous les domaines , la preuve avec  la pelloche que je vais évoquer ci-dessous et dont je n'avais ABSOLUMENT pas entendu parler alors qu'en temps normal jamais, JAMAIS ce film mixant gros stremons bien fat et Lovecraft ne me serait passé sous le nez  ...

" Heureusement " , la période de confinement bouleversant mes habitudes, je lâche WoW deci delà pour matter des tas de trucs avec mon ado et mon homme des bois  ....

Et donc ô Joie ce viquende car j'ai pu poser mes yeux sur  ....

 

Le pitch: Une équipe de scientifiques et de techniciens oeuvrant sur une station de forage de pétrole sous marine est brutalement confrontée au chaos quand quelque chose fait exploser leur abri sous marin ... 

GAFFE SPOILERS ABYSSAUX CI-DESSOUS !!!

BIEN !!!

Par ou j'vais commencer ...

Ha je sais ...

Ze casting !!!

Cela va être vite fait vu que le nombre de protagonistes est trés peu élevé...

En tête d'affiche et dans le rôle titre du film de William Eubank ( inconnu au bataillon !! ) nous avons Kristen Stewart qui prête ses traits à la grâcile Norah , une jeune femme menue et fragile qui prend à son tour les armes pour devenir l'Héroïne badass "condamnée " à essayer de sauver sa peau et celle des autres .

Je ne suis pas une grande fan de la donzelle mais faut avouer qu'elle assure dans ce cliché qu'elle dépoussiére quelque peu de par son approche toute en douceur déséspérée ...

Elle dégage une énergie triste pas possible du début à la fin et j'ai immédiatement ressenti une grande empathie pour elle ...

A ses côtés on a le sieur Vincent Cassel aka Captain Lucien qui fait le taf et réussi lui aussi à donner briévement vie à un personnage paternaliste intéressant et déséspéré au vu de la situation ...

T.J.Miller, Jessica Henwick et John Gallagher Junior sont eux aussi assez attachants également entre peluche fusil de Tchekhov, allusions multiples a Alice au pays des Merveilles , love story blablabla sensés nous aider à les caractériser sauf que c'est tellement fugace que ça foire puis admettons le: on s'en fout clairement d'eux/elles , on veut voir du MONSTRE épicétout !!! 

Les films de monstres se déroulant sous l'eau, y'en a déja beaucoup et mes préférés sont deep star six et Leviathan ...

C'est un sujet passionnant au possible que ces abysses sous marins et ce qu'ils pourraient receler de monstrueux ...

Je sais que des trucs cheloux comme le Bloop par exemple ont été expliqués par la science et que l'existence de survivants de l'ére des dinosaures  au fond de ces espaces sombres est peu probable MAIS ça me fait rêver d'imaginer que des créatures cauchemardeques puissent folatrer sous nos pieds tandis que nous pauvres humains nous jouons les sachets de thé en faisant floc floc en surface  ...

Un de mes Maitres " à penser " aka Lovecraft a fait des océans l'antre de Choses absolument TERRIFIANTES, le Grand Cthulu par exemple attend d'être arraché à sa léthargie tandis qu'il rêve dans sa cité engloutie de R'lyeh la Morte...

L'abominable Dagon quant à lui est encore vénéré par d'étranges peuples vivant au bord de la mer tandis que les Profonds attendent d'être nourris via des sacrifices d'animaux et surtout d'humains dont le sang chaud réchauffera leurs corps glacés  ...

Et à chaque fois que je vais me balader au bord de l'eau voire que j'ose y tremper ne serait ce qu'on orteil frileux , je pense à ce qui vit là dedans et parfois je frissonne ...

La majorité des films de genre focus sur le fight entre les humains et leurs assaillants tandis que les structures métalliques s'effondrent autour d'eux ...

Underwater fait de même avec une fuite éperdue vers une possibilité de remonter à la surface à travers des bâtiments déchiquetés et inondés MAIS il offre surtout des scénes absolument angoissantes quand ses personnages doivent quitter les abris vacillants pour aller marcher au fond , TOUT au fond de l'océan ou l'on ne voit RIEN et ou le pire peut surgir de ce brouillard de particules qui volette autour des pauvres visiteurs qui ne devraient PAS être là ...

Ces passages là sont TERRIBLES ...

Tu sens le poids des combinaisons qui en viennent à ressembler à des tombes ambulantes , tu devines la pression, le froid de ces eaux hostiles et surtout , partout, ce bouillon de culture qui entoure , aveugle et oppresse les héros ET le spectateur *____*

C'est HYPER bien foutu !!!!

Si tu es aquaphobe , tu ne pourras tout simplement PAS regarder , le travail fourni par Eubank et la team qui a bossé avec lui pour réussir à donner vie à ces lieux inconnus de nous est INCROYABLE sur tous les plans et une fois de plus un ENORME GG à Monsieur Bojan Bazelli qui avait déja oeuvré sur des films comme A cure For Life ou The Ring ou encore ( coucou l'homme des bois) Boxing Héléna  !!!

Cet homme là a un talent MONSTRUEUX .... 

Le rythme d'Underwater est TERRIBLE , quasiment pas une minute de répit ni pour nous spectateurs plongés dans le vif du sujet aprés une bréve visite de l'état d'esprit de Norah qui nous parle de son quotidien , une explosion et HOP c'est parti pour une course sans fin vers la vie ou la mort!!

Eubank rend constamment ( trop?) hommage aux grands classiques du genre, aidé en cela par son casting attachant tout en nous faisant courir non stop et j'avoue qu'à force d'enquiller les passages chocs et les fuites des héros , à plusieurs moments je me suis " perdue " en route, je ne savais plus ou ils étaient /on était , ou ils allaient/on allait etc etc 

J'avoue avoir également trouvé certaines scénes illisibles et difficilement compréhensibles MAIS cet aspect négatif du film m'a également aidée à me sentir d'autant plus proche des protagonistes bataillant pour leurs vies ...

Et maintenant j'vais parler des bestioles  *______________*

On entrevoit rapidement et fugacement des silhouettes vaguement humanoïdes dans le bouillon de particules rendant tout trouble et j'avoue avoir frissonné de PLAISIR car comment ne pas penser aux Profonds ???

Eubank s'amuse visiblement comme un môme avec ses bestioles sans pour autant trop les montrer , jouant avec nos nerfs tandis que sa caméra passe d'un personnage à l'autre , d'un espace vid eà un autre , on sait que ça va arriver /venir mais le sursaut est bel et bien là quand une bestiole surgi toutes mains palmées devant  ...

Et j'peux pas te décrire la joie FEROCE que j'ai ressenti en voyant ENFIN cette créature Cthuluesque occupée à ravager la station de forage venue la déranger  ...

Cette chose TITANESQUE transporte sur elle son " armée " à l'instar de ces monstres entrevus dans The Mist quand le héros léve les yeux et voit des colonies de petites choses dégueux collées aux flancs de choses indicibles de par leur taille ...

Elle a certes un aspect trés " Cthulhu Like "et en même temps elle s'en éloigne surtout au niveau du faciés , elle m'a plutôt fait penser à une Créature du type Godzilla ...

On ignore ce qui s'est passé , pourquoi elle attaque même si la petite phrase écolo clichée balancée en 10 secondes par Emily et disant " on a foré trop loin, on en a trop pris maintenant il ( l'océan?) veut le reprendre " peut donner un semblant de motivation a cet assaut  ...

Mais limite osef du pourquoi du comment , cette chose déchire tout et son apparition certes fugace ( le film n'avait pas un budget énorme)  m'a collé des étoiles plein les yeux *_________*

En 1h30 , Eubank a réussi haut la main son pari de faire un film de Monstre en s'inspirant énormément de ce qui a été fait tout en dépoussiérant et apportant un autre souffle à une Mythologie un peu pleine de toiles d'araignées , son film ne restera pas certes dans les annales mais tout fan de Lovecraft ( oui je sais je casse les couilles avec lui ) appréciera forcément ce petit bijou avec ses bestioles étranges nageant avec aisance avant d'attaquer les intrus ...

En conclusion:

A une epoque ou il faut impérativement s'arracher au rouleau compresseur médiatique répétant ad nauséam les mêmes propos alarmistes et déprimants sur ce putain de virus  sous peine de péter un plomb, ça fait du BIEN de se vider la tête en zyeutant un film de Monstres bien ficelé et généreux en scénes angoissantes , un hommage décomplexé à une pléthore de films de genre qui en agacera certains et séduira les autres , pour ma part je suis sous le charme  !!!

J'en veux ENCORE !!!!

Voir les commentaires

Publié le par Gally

Et si on parlait de .....

L o v e c r a f t !!!!

Oui je sais : ENCORE !!!!

Mais non seulement le décés de Stuart Gordon , énorme fan de HPL , me raméne à mon amoureux de Providence mais en plus j'ai ENFIN vu LE film que j'attendais depuis des mois aka ...

 

Le Pitch : Alors que la charmante famille Gardner vient de prendre ses quartiers dans la demeure familiale perdue en pleine cambrousse et goute aux joies de l'élevage d'alpaga ( gné?) , une météorite vient s'écraser dans leur jardin ....

GAFFE SPOILERS PLEIN DE JOLIES COULEURS CI-DESSOUS !!!

BIEN !!!

Si tu passes par ici de temps en temps alors tu sais que je suis totalement accro aux écrits d'Howard Phillips Lovecraft et qu'un de mes récits favoris EST " La couleur tombée du ciel " et tu sais peut être aussi que j'peux PAS pifrer Nicolas Cage , inutile donc de ( re) dire que quand j'ai appris que cette histoire allait sortir en film avec le sieur Cage dans le rôle principal , j'étais en PLS. 

Mais aprés avoir vu le film de Richard Stanley ben je suis revenue légérement sur mes positions et j'ai même apprécié la prestation de Nicolas :-| 

Bon ok ce n'est pas lui qui fait le " charme du film " loin de là , je dirais même que la jolie Madeleine Arthur lui vole carrément la vedette du début à la fin dans le rôle de Lavinia Gardner ...

A ses côtés le croquignolet Elliot Knight qui campe le personnage de Ward ( Charles Dexter ? ) et le petit bout de chou Julian Hilliard dans le rôle de Jack font le taf sans trop en faire et sont à la fois intéressants et attachants ...

Le visage hanté de Ward à la fin du film restera marqué dans ma mémoire  ...

J'ai trouvé la caractérisation de chacun/nes trés réussie , on comprend vite à qui on à affaire , qui fait quoi , les liens/conflits etc etc mais j'préfére pas m'éterniser sur le reste du casting genre Joely machin je peux pas la blairer , rien que voir sa trogne ça me donne de l'urticaire quant à Nicolas Cage ben franchement il s'en sort plutôt pas mal et fleure bon la folie Lovecraftienne à la fin du film surtout quand il canarde ces foutus alpagas ...

Parlons de la pelloche à présent ...

Si elle n'atteint jamais les sommets d'angoisse de l'écrit ou de " Die Farbe " ( une autre adaptation de ce récit glaçant ) , l'oeuvre de Richard Stanley s'en sort quand même plutôt pas mal mais je vais commencer par aborder les trucs qui m'ont fait grimacer , en particulier les GROSSES libertés prises par le réalisateur vis à vis de l'oeuvre papier ....

J'en reviens à Madeleine Arthur qui roxxe vraiment dans le rôle de cette ado paumée en pleine cambrousse , adepte de pratiques wiccannes mignonnes comme tout et qui est inspirée de Lavinia Whateley de " l'abomination de Dunwich" autre chef d'oeuvre Lovecraftien, elle n'existe pas dans l'écrit évquant cette étrange couleur mais elle trouve pleinement sa place dans le déroulement du film de Stanley , pour le moment rien à redire de méchant ...

Par contre là ou ça m'a grave piquée c'est que l'histoire se déroule de nos jours et donc exit le côté " oldschool" , les paysans rustres confrontés à un mal insidieux qui sont désormais des bobos ( nous ? on nous prend pour des jambons ? ) vivant dans le confort et le luxe et sirotant un café sur leur terrasse en contemplant les couchers de soleil ...

Adaptation je sais mais ptain Nahum et ses fils et leur amour de la terre m'ont manquée ... 

Je chipote je sais je sais  ...

LE truc qui m'a VRAIMENT gavée c'est la rapidité des événements qui arrivent à la famille Gardner, Lovecraft faisait se dérouler les faits sur plusieurs mois/saisons , ici tout arrive en quelques jours/semaines et du coup on perd l'aspect lent, indidieux, évolutif du poison venu du ciel .

Et là tu vas me dire qu'adapter signifie forcément dénaturer sauf que je te renverrai ( encore une fois) vers " Die Farbe " qui est à mes yeux ZE adaptation fidéle et classieuse ...

Autre petit défaut : il y a des longueurs indigestes ici et là , des personnages inutiles genre la maire , le vieux hippie et ces foutus alpagas qui ont grandement nuit à mon visionnage du film niardidiou ...

Allez, j'arrête avec mes critiques de vieille rombiére accro à son Lovecraftounet adoré et on va attaquer les aspects positifs !!!

Déja,le film commence par des plans de bois hantés, sombres et humides absolument FABULEUX avec une voix off nous expliquant comment tout a commencé , dés les premiéres secondes/minutes , j'ai été charmée mais VRAIMENT , c'est BEAU , c'est vénéneux, c'est Lovecraftien bref gniiiiiiiiii *________*

Mais là ou j'ai été séduite c'est avec la fameuse couleur, cette couleur tombée du ciel , indescriptible , issue de mondes ou l'oeil humain ne s'est jamais posé ....

Ben elle roxxe velu !!!

Les chipoteurs diront que c'est du rose poudray violet genre Jem et les Holograms mais moi je la trouve oppressante cette couleur , étouffante et vénéneuse d'autant plus qu'elle est parée d'une espéce "d'habit sonore " du plus bel effet, Stanley ayant beaucoup travaillé le bruitage/les ziks etc etc pour donner un corps , une réalité palpable à cette foutue couleur ...

Autre chose qui m'a interpellé san que je sache par contre si c'est positivement ou négativement dans ce film , c'est le côté " jusquauboutiste " visuel de Stanley quant au destin de ses personnages et là je pense en particulier à cette scéne choc de la mére fusionnant avec son petit garçon , spectacle HORRIBLE, ça suinte, ça gémit de douleur, ça souffre visiblement, on voit et on entend la souffrance de l'enfant et cette scéne m'a terriblement mise mal à l'aise , elle n'apparait pas sur le papier même si on devine le pire quand on lit le récit mais Lovecraft a laissé à ses lecteurs et à leur imagination une liberté totale quand il évoque les choses qui se trainent dans les chambres closes des Gardner à la fin de son histoire ....

Stanley décide de montrer les choses et même si visuellement ce passage est TERRIBLE je me dis dans le même temps qu'il montre " l'indicible " alors que Lovecraft ne faisait que l'évoquer et n'est ce pas fragiliser cet indicible que d'en donner une image aux spectateurs .... ?

L'indicible est au coeur de l'oeuvre de Lovecraft , c'est indescriptible , c'est le chaos et la folie assurée pour qui posera les yeux dessus ...

Alors montrer cette chose en pleine mutation était il vraiment nécessaire ...

Que dire de plus ?

Que Stanley a fait de son mieux pour que son cynisme évident à l'égard du monde actuel se mélange avec le côté indicible cher aux écrits de Lovecraft avec en prime un Cage pas trop mauvais pour une fois et que sans être à la hauteur d'un Dagon ou d'un Ré animator ( Stuart for ever) il a réussi à sa façon à rendre hommage à Howard ...

En conclusion :

Sans avoir la puissance narratrice de l'écrit, la pelloche de Richard Stanley tente avec pas mal de maladresses scénaristiques ici et là de rendre hommage à un grand homme qui aurait sans doute souri quand la fin du film dévoile en partie d'ou vient cette fichue couleur , un endroit au déla de nos éons et dont la contemplation nous plongerait dans les abimes sans fin de la folie  ...

A voir *______*

IA IA !!!!!!

Voir les commentaires

Publié le par Gally

J'suis tellement à fond dans mon trip Wow altérac que je me coupe de quasiment tout ce qui se passe autour de moi et ce depuis des mois .......

Alors imagine la claque que je viens de me manger en apprennant la mort de Stuart Gordon , un de mes réalisateurs cultes  ...

J'ai grandi avec les films de cet homme  .....

Il m'a fait voyager sans me déplacer, il m'a fait rire , frissonner ou grimacer .... 

Ma premiére rencontre avec ce génie du cinéma  ......

J'étais ado, mon premier VRAI film d'horreur sur grand écran ...

 

Plus tard il y a eu From Beyond, qui m'a scotchée et initiée à Lovecraft version Barbara en cuir  ...

J'me souviens l'avoir vu en "loosdé" çui la sur Canal plus un soir aprés que mes parents soient montés se pieuter , je voulais ABSOLUMENT le voir mais je savais que les adultes "responsables" ne me laisseraient pas le zyeuter donc j'suis redescendue en mode ninja une nuit tard pour aller le matter dans le salon pendant que ça ronflait à l'étage ...

Et puis il y a eu Herbert West campé par le hanté , le fiévreux , le fabuleux Jeffrey Combs  ...

 

Et je ne pouvais pas ne pas évoquer le glaçant Dagon , à l'ambiance oppressante , une des meilleures adaptations de ce bon vieil Howard que j'ia jamais vue ....

 

Mon coeur saigne aussi ici ....

 

Voir les commentaires

Publié le par Gally

En ces temps ma foi assez étranges ou le quotidien de chacun/cune est impacté d'une maniére ou d'une autre par cette saloperie de virus et ou l'on nous invite à être vigilant/sympa/à l'écoute avec nos proches et même nos chers voisins , je vais te parler d'un film qui va vite te calmer si l'envie te venait d'aller voir si la mamie/le papi d'en face va bien  ...

 

Le pitch : Asuka , une jeune et charmante étudiante infirmiére vient d'emménager dans un grand complexe avec ses parents et son petit frére , tout semble sourire à la petite famille mais trés vite des sons étranges et génants viennent pertuber la quiétude d'Asuka ...

GAFFE SPOILERS KAWAI CI-DESSOUS !!!

BIEN !!!

Cela fait belle lurette que je ne me suis pas adonnée à cet " art " ( beuh ) complexe de venir ici te parler d'un film donc ne me jette pas la pierre si je foire ( encore) dans mon approche de ce petit bijou d'Hideo Nakata ...

Hideo Nakata c'est pas n'importe qui et tu le connais forcément ne serait ce que c'est LUI qui a mis en scéne la flippante Sadako , lui donc qui a généré ce TSUNAMI de fantômes féminins aux cheveux longs et sales qui ont terrorisé le monde entier avant de saouler +++ parce que trop c'est trop au bout d'un moment  ...

Nan mais c'est vrai quoi , tu as vu The Wig ??? Ou l'abominable Sadako versus Kayako ???

Quand t'as vu ça tu te dis que c'est n'importe quoi -____- 

BREF ...

Le sieur Nakata aime les histoires de fantômes et il sait les tourner d'une façon à chaque fois trés particuliére et il le prouve une fois de plus avec The Complex , film surprenant et touchant sur bien des plans  ... 

Comme j'ai adoré sa pelloche je vais forcément manquer d'objectivité mais ça, tu en as l'habitude si tu passes ici deci delà ...

Premier point fort de Kuroyuri Danchi : le casting  *____*

Atsuko Maeda qui prête ses traits au personnage central aka Asuka est juste PARFAITE du début à la fin, émouvante, grâcile , perdue , effrayée puis brisée , à aucun moment elle ne m'a semblée " à côté de la plaque " au niveau de son interprétation , elle porte le film sur ses épaules cette demoiselle et j'ai adoré sa performance  ...

Pour le reste du casting , je ne peux pas ne pas évoquer Hiroki Narimyia aka Sasahara , le " sauveur " d'Asuka qui va tout faire pour l'aider , il est juste également dans son rôle et réussi à rendre un personnage au premier abord secondaire , essentiel pour que l'histoire avance ...

Les autres acteurs/trices sont également super , je pense en particulier aux deux mômes , trop TROP kawaï *_*

( oui oui même lui !!! )

Parlons du film en lui même à présent ...

Si les premiéres images nous montrent une famille heureuse et souriante baignant dans une jolie lumiére chaleureuse et protectrice, Nakata va trés vite nous montrer/rappeler que derriére toute les portes se cachent d'affreux secrets , que derriére chaque sourire peut se terrer une blessure sanguinolente ...

Ceci dit , cantonner Kuroyui Danchi à une éniéme histoire de fantome japonais serait une ENORME erreur , les fantômes sont présents du début à la fin, terrifiants pour certains, émouvants pour d'autres mais ils servent avant tout à porter et mettre en avant un drame humain poignant à l'instar de Dark Water du même Hidéo Nakata ...

Sans connaitre toute la filmo de Nakata sur le bout des doigts , j'ai vu pas mal de ses films et plus ça va plus j'apprécie ses prouesses visuelles et l'art avec lequel il joue avec les nerfs de son spectateur en utilisant savamment la lumiére par exemple comme dans Kaidan et ici , transformant un logement lumineux et chaleureux en un cloaque angoissant sans trop avoir à en faire , juste en laissant oeuvrer avec raison son comparse , le fabuleux Jun'Ichiro Hayashi responsable photo ...

Et Nakata de jouer avec nos nerfs avec certains éléments de réalisation comme la répétition troublante de la scéne du petit déjeuner tandis que le rythme d'abord lent voire contemplatif du film s'accélére ...

A noter que même si je dis plus haut que ce petit bijou est avant tout un dame humain , certaines scénes sont de purs moments d'angoisse et là je pense à ce passage ou la pauvre Asuka pénétre dans l'appartement de son voisin baignant dans une pénombre étouffante et rempli d'objets , d'angles flippants...

Le regard du spectateur se perd dans ce fatras à la recherche de la chose qui va forcément surgir pour terrifier Asuka et nous mais Nakata joue avec nos nerfs comme avec  l'élastique du slip de Guy Carlier avant de finalement nous dévoiler la vérité sur ces bruits cheloux qui résonnent dans cette antre délabrée  ....

J'ai également été trés sensible à la thématique de la solitude , celle d'Asuka face à son impossible deuil , celle de ce vieil homme qui meurt seul dans son logement qui se situe pourtant dans un immeuble et dans un quartier vivant , celle enfin de ce petit garçon fantôme qui erre pour l'éternité à la recherche d'un compagnon de jeu ...

Et cette cruauté de la solitude aussi avec cette entreprise de nettoyage chargée de vider les logements de personnes défuntes en jetant une VIE à la poubelle bordel !!!! 

Ajoute à cela (en vrac) que c'est MONSIEUR Kenji Kawai qui est aux commandes pour la zik , que pour une fois les fantômes ne sont pas des Sadako/Kayako like et que même si le scénar peut sembler trop dense à un moment , l'histoire tient grave la route grâce au talent de Nakata qui nous rappelle au passage que parfois nous voyageons avec nos fantômes et tu obtiendras un petit moment de cinéma japonais absolument FABULEUX ....

En conclusion : Sans me vanter , j'en ai bouffé du film de fantômes asiatiques , des cheveux longs et noirs, des visages blafards, des sons cheloux , des chorégraphies fantomesques wtfesques mais Kuroyuri Danchi/The Complex a réussi à me surprendre ...

Même si Nakata a distillé ici et là des indices destinés à guider son spectateur, la grosse bourrinne que je suis est passée à côté et s'est mangé en pleine face la vérité quand elle éclate brutalement et cruellement  ...

Il a bien raison Hideo ...

Les sourires ...

Les façades...

Les portes ...

Cachent parfois bien des secrets vénéneux ...

 

Voir les commentaires

Publié le par Gally

 

Voir les commentaires

Publié le par Gally

OMG !!!

*_____________________*

Ha et j'balance celle là aussi tant que j'y suis  ...

 

Maeve ... 

/soupir 

 

*_________* 

Voir les commentaires

Publié le par Gally

Stephen King a le vent en poupe depuis le carton phénoménal de It chapitre un  ....

Et les studios/chaines divers et variés de vouloir à tout prix adapter un des bouquins/pavés du sieur King ....

Récemment, Amazon a voulu s'attaquer à LA série phare de romans de King aka The Dark Tower...

Le premier bouquin composant la Galaxie du Gunslinger a déjà été MASSACRE ( et je pèse mes maux en restant polie) au cinéma via un " film " à VOMIR ...   

Je suis allée voir cette chose et crois le ou pas mais je suis ressortie de la salle avec les larmes aux yeux tellement j'avais été déçue de voir Roland et son univers traités de la sorte  ...

BREF !!!

Et donc Amazon voulait lancer une série autour de la Tour Sombre et de la quête de Roland Deschain sauf que c'est plus facile à dire qu'à faire et qu’après visionnage de l'épisode pilote, Amazon a abandonné ce projet *_____*

Et cette nouvelle me rempli de JOIE !!!!

Foutez la paix à Roland FFS !!! 

 

Voir les commentaires

Publié le par Gally

J'viens de tomber sur une critique de ce film sur twitter et  .... OMG !!

 

Ok ça date mais rouleau compresseur WoW powa  !!!

Need voir ce TRUC !!! 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog