Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ma Bulle ...

Ma Bulle ...

36 15 my life version " voila ce qui me fait trembler , rire , rêver , planer .." . Films, mangas, jeux videos , bouquins , zik ...

Publié le par Gally

Ton humble servante est toujours en mode " plongée en apnée " dans l'univers envoutant et glaçant des Fantômes Japonais  et aujourd'hui j'vais me faire un plaisir immense en évoquant  ...

 

Le Pitch : Un écrivain spécialisé dans les phénoménes paranormaux cherche à retrouver une maison dans laquelle il a briévement vécu étant enfant, maison qui aurait causé la perte de sa famille ...

Mais parfois il vaut mieux laisser certains souvenirs enfouis sous peine de faire ressurgir d'horribles choses ... 

GAFFE SPOILERS HANTES CI-DESSOUS !!!

Bien !!!

En intro j'vais te rappeller que Ju-on est un " phénoméne " ciné comme j'en ai rarement vu , une série de films/tvfilms/remake quasiment tous réalisés par le même gaillard aka Takashi Shimizu et qui ont tous le même coeur : une Maison hantée pas comme les autres ...

Je ne vais pas/peux pas m'étaler sur ce qui a été fait , cela me prendrait trop de temps et simplement focus sur cette série qui ô surprise n'est pas réalisée par le papa de la saga Ju-On mais par Sho Miyake , inconnu au bataillon ...

Ju-On Origins a été également scénarisée par deux pointures du cinéma de flippe à la Japonaise  aka Takashige Ichise ( producteur entre autre des films Ju On ou de Dark Water) et Hiroshi Takahashi             ( scénariste entre autre de Ring dis donc !! ) bref deux Messieurs qui connaissent le phénoméne " Film d'épouvante Nippon " sur le bout des doigts et crois moi quand je te dis que cela se sent dés le premier épisode ...

Parlons casting à présent  ...

Dans le rôle principal de l'écrivain menant son étrange enquête on a le sympathique Yoshiyoshi Arakawa sur lequel je ne m'attarderai pas , il est cool et fait le boulot en tant que relais entre tous les points/protagonistes qui vont onverger lentement mais sûrement vers lui mais son personnage ne m'a pas marquée/impactée ...

Par contre y'en a UNE dont le visage, la silhouette , le regard , le prénom vont me hanter longtemps , c'est elle ...

Elle , c'est la charmante Ririka qui prête son joli minois au personnage traumatisé et traumatisant de Kiyomi Kawai une des nombreuses victimes de la maison , elle est incroyable cette petite, son personnage est tragique du début à la fin des 6 épisodes de cette saison une et j'ai eu du mal à regarder son périple par moment tellement c'est glauque ...

Autre personnage que j'ai beaucoup apprécié , une femme encore une fois  ...

Masaki Chie , la médium de la série , interprétée de jolie maniére par Haruka Kobo , j'ai trouvé ce personnage trés intéressant et intrgiuant dans sa façon d'aborder le deuil et la mort et ses " scéances " m'ont poussée à me planquer sous la couette tellement l'ambiance est pesante lors de ces scénes ... 

Le reste du casting est à la hauteur également , je n'ai rien trouvé à leur reprocher et j'ai énormément apprécié l'investissement de chacun et chacune dans la série ...

Et je ne peux terminer d'évoquer le casting de Ju-On Origins sans parler de La Maison ou tout semble pouvoir se produire en matiére de cauchemar...

Elle est superbement mise en avant par le réalisateur et devient un personnage à part entiére dés les premiers épisodes..

Même à la lumiére d'un chaud soleil de printemps on sent peser une menace silencieuse et quiconque entre en ces lieux sera observé , jugé et condamné si ce qui l'habite le décide ... 

 

A l'instar des " yeux " de la maison d'Amityville , j'ai eu le sentiment pendant chaque épisode que cette partie bien spécifique de la maison hantée de Ju-On me " regardait "  ...

Et elle est LE fil rouge de Ju-On origins qui nous fait voyager dans le temps sans arrêt via de nombreux flashbacks quitte à parfois nous faire perdre un peu le fil de l'histoire, la Maison reste là tel un Phare hanté , elle est notre repére principal ...

Ju On origins a un format particulier, 6 épisodes de 30 minutes chacuns et j'ai adoré cela également car cela a permis au réalisateur de faire " infuser " la trouille ainsi que ce sentiment de malaise qui monte crescendo d'épisode en épisode en mélangeant habilement horreur du quotidien et phénoménes paranormaux ...

Mais LA force de Ju-On Origins réside dans le fait que la série tire la langue aux derniers films/remake ricains qui se centraient ad nauseam sur les bruits de gorge et autres cheveux longs au détriment de ce qui était au COEUR des premiers films Japonais à savoir l'Horreur la vraie celle qui ne ne réside pas dans les fantômes mais chez les vivants , ces hommes et femmes qui véhiculent autour d'eux leurs miasmes puant et glauques, leurs secrets lourds et honteux et leurs drames atroces ...

L'ambiance de Ju-On origins est vraiment lourde par moment et je pense en particulier à cette pauvre Kiyomi et à tout ce par quoi elle passe qu'elle soit ado ou jeune femme , certaines scénes sont purement écoeurantes et m'ont prise au bidou ...

Et enfin La question : est ce que Ju-On Origins fait peur ....?

Ma réponse sera la suivante : oui et oui .

Oui parce que les apparitions fugaces de certaines entités dont cette nana portant un baybay tout chelou sont selon moi glaçantes à souhait.

Oui parce que Ju-On origins arrache le fan de la série de films installé dans une certaine " torpeur " ( coassements de Kayako par ci , miaulements de Toshio par là ) à son confort en le confrontant à d'autres Horreurs, celles qui sont générées par les passions liées au sexe à l'amour ou à la haine ...

Alors oui à la fin du dernier épisode on reste sur sa faim clairement quant aux réponses à cette foultitude de questions qu'on est en droit de se poser MAIS je veux croire que les réponses arriveront et VITE ...

En conclusion : 

Ju-On origins est une VRAIE belle surprise à mes yeux .

En tant que fan invétérée des films , j'en attendais ENORMEMENT et je n'ai pas été déçue , chaque épisode m'a scotchée sur place ( sauf peut être le dernier un poil en deça des autres) et a rempli de joie et d'horreur mon ti coeur de fan de trucs cheloux made in Japan ...

Les six épisodes durant 30 minutes chacun , ça se regarde en deux/deux avec délice ...

A voir ABSOLUMENT !!! 

*" enfuis toi , échappe toi " en Japonais  

Voir les commentaires

Publié le par Gally

Le rouleau compresseur World Of Warcraft commençant à perdre de sa puissance sur ma pomme , je m'évade de plus en plus souvent d'Altérac afin de voyager sans me déplacer au Pays des Ju Rei et autres Yokai via les films d'épouvante que j'ai la chance de trouver ici et là ...

Au risque d'agacer celles et ceux qui sont réfractaires au cinéma d'épouvante Nippon , je vais donc encore évoquer ici une pelloche made in Japan qui m'a clairement séduite ...

Ami/ie de la couture aujourd'hui c'est  ...

 

Le Pitch : A la fin des années 70 à Gifu au Japon ...

Le quotidien de 3 soeurs heureuses et épanouies va être bouleversé quand un ex petit ami rendu fou par la jalousie décide de se venger de l'une d'elle de la plus horrible des maniéres ...

GAFFE SPOILERS DECHIRES CI-DESSOUS !!!

BIEN !!!

Si tu passes par ici de temps en temps alors tu as peut être lu mon avis sur le film Kuchisake Onna premier du nom que j'ai beaucoup aimé de part la thématique centrale servant de fil rouge à cette pelloche horrifique à savoir le lien mére/fille ...

Et ô Joie ce matin mon chemin a croisé celui de Kuchisake Onna 2 qui tout en montrant les premiers pas de la légende urbaine de la femme à la bouche fendue , fait la part belle à une autre thématique chére à mon coeur à savoir les liens unissant trois soeurs ...

J'vais pas revenir sur le mythe/la légende de la femme à la bouche déchirée , j'en parle déja dans mon " article" sur le premier film et je vais attaquer direct par le casting de KO2 ..

A la réalisation on a Kotaro Terauchi , totalement inconnu de ma pomme donc hop hop hop on passe et on évoque plutôt les trois actrices qui sont au coeur de ce second opus !!!

Laisse moi donc te présenter les délicieuses et trés douées :

Yukie Kawamura aka Sachiko ici avec Rin Asuka aka Mayumi ( avec le masque) ...

Mayuko Awasa aka Yukie toujours avec Mayumi  ...

Ces trois là portent le film sur leurs frêles épaules en particulier Rin Asuka que j'ai trouvée vraiment touchante et émouvante dans le rôle de cette pauvre Mayumi malmenée par la vie et qui voit son quotidien heureux , dans une famille aisée et chaleureuse , entourée d'amies aimantes avec un love interest pas dégueu , basculer en pur cauchemar quand un ex désaxé de sa soeur ainée débarque une nuit chez les Sawada, asperge le visage de Mayumi d'acide avant de tuer sa mére ...

Un VERITABLE enfer  ...

Tandis qu'elle cache honteusement l'horrible cicatrice qui déchire désormais son joli minois elle est rejetée moquée et crainte par ses camarades d'école , abandonnée par ses amies et par son papa qui se suicide , repoussée par celui qu'elle aime ...

Mayumi bascule peu à peu dans la folie, aidée en cela par des visions d'une étrange silhouette féminine qui semble la guetter au loin et ce malgrés l'aide et l'amour que lui porte ses deux soeurs ainées ...

Et d'ailleurs à ce sujet , la soeur ainée que je suis a énormément apprécié la façon dont Terauchi esquisse les liens certes pudiques ( nous commes au Japon ) mais trés forts qui unissent les 3 soeurs Sawada et ce jusqu'à un final terrible provoqué par l'alcool les passions et la folie ... 

Kuchisake Onna deux n'a RIEN à voir avec le premier ne serait ce que par le cadre , le premier film se déroulait dans une ville dortoir terne et grise et la caméra nous emmenait des dans des rues tristes et déprimantes, ici on visite une jolie maison chaleureuse et confortable et une chtite ville de province ma foi pas dégueu , ou par l'époque , KO 1 se déroulant plus ou moins à notre époque alors que KO2 prend place dans les 70's et se pose en quelque sort en préquel ...

Le film pourrait sembler lent dans sa premiére partie mais le réalisateur prend le temps de poser son histoire, les lieux et surtout les personnages , il réussi sans trop en faire à rendre rapidement les protagonistes de KO2 trés attachants et je pense encore une fois à la pauvre Mayumi qui prend VRAIMENT cher ...

Et puis les événements s'enchainent et la pression/tension montent tandis qu'on assiste au déchiquement d'une cellule familiale qui est littérallement découpée en mille morceaux comme à coup de ciseaux  ...

La réalisation de Kotaro Terauchi est implacable et ne laisse aucune chance à Mayumi et donc à nous , d'échapper a cette lente descente aux enfer , réalisation sobre et maitrisée de bout en bout avec une " gestion " de la tension vraiment réussie ...

Et chose appréciable , Terauchi ne fait pas dans l'horreur /gros rouge qui tâche/jumpscare à la con, il y a certes des jolis coups de ciseaux bien placés et du sang ici et là mais pas au point de rendre le film et son histoire ridicules ...

Les décors sont trés cools et sont bien exploités et la fan de mangas/animés que je suis a beaucoup aimé revisiter ces lieux communs mais tellement sympas tel qu'un batiment scolaire à la Japonaise , une maison traditionnelle , un point de vue sur une petite ville Nippone ... 

Les ziks sont cools , elles collent bien à l'ambiance et ne nuisent jamais à l'histoire ...

Les effets spéciaux sont plutôt réussis ...

Assister à la naissance de la Terrible Kuchisake Onna a été un réel plaisir...

 

En conclusion :

Si j'ai beaucoup aimé KO1, j'ai vraiment adoré ce second opus qui nous montre la naissance/genése de la terrible Kuchisake Onna et j'ai adoré la fin quand , tandis que le générique s'égréne on entend des voix en off parler de cette légende urbaine et la parer d'atouts ce qui va lui donner plus de " corps "  ...

KO2 est vraiment un chtit film intéressant visuellement et scénaritistiquement qui m'a complétement charmée ...

A voir en sirotant un thé ... 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog